Lorsque l’entreprise souscrit à un contrat de retraite supplémentaire, chacun des adhérents a la possibilité d’effectuer des versements volontaires en supplément des habituels versements obligatoires employeur et salarié.

Pourquoi effectuer ces versements individuels facultatifs (VIF) ?

L’objectif est double :

  • Augmenter son niveau de retraite
  • Bénéficier d’une déductibilité fiscale pour l’année suivant le versement

Quand réaliser des versements volontaires ?

Pour profiter d’une meilleure retraite demain, il est souhaitable de verser au plus tôt et régulièrement sur son dispositif de retraite sans pour autant devoir mobiliser de grosses sommes.

Lire Aussi :  Protection Sociale : ce qui change en 2020

Comment réaliser des versements volontaires ?

Chaque salarié adhérent bénéficie d’un accès individuel sur l’espace en ligne mis à disposition par l’assureur. Il recevra un imprimé fiscal unique en début d’année suivant le versement  pour justifier une économie d’impôts.

Quelles sont les exceptions de déblocages de l’épargne acquise ? Que devient-t-elle en cas de décès avant la retraite ?

En cas de décès avant la retraite, la valeur de l’épargne, y compris celles issues des versements volontaires, est versée à vos bénéficiaires.

Le dispositif de retraite supplémentaire a pour principal objectif d’améliorer votre future pension. Toutefois il existe des cas de déblocages anticipés  lors de ces événements :

  • Décès du conjoint
  • Invalidité du titulaire, de ses enfants ou de son conjoint
  • Expiration des droits à l’assurance chômage
  • Situation de surendettement
  • Cessation d’activité non salariée
  • Acquisition de la résidence principale (selon les caractéristiques de votre dispositif et uniquement pour les versements volontaires)
Partager sur :