retrait et rappel de produit, quels risques

Les scandales de contamination de produits alimentaires aux salmonelles ou E.Coli ont rappelé aux industriels la nécessité d’être bien couverts pour les conséquences du retrait ou du rappel (dommages corporels, frais logistiques de stockage, d’analyse, de destruction,…).

Le secteur de l’agroalimentaire, même s’il est le plus exposé, n’est pas le seul concerné.

La couverture de base reste limitée.

La couverture des frais financiers à la charge des distributeurs est prévue par les contrats de responsabilité dotés d’un volet « après livraison ». Ce sont bien uniquement ces frais qui ont vocation à être couverts initialement.
En fonction du degré d’exposition à ce risque, la couverture de base peut être étendue.

Lire Aussi :  Suspensions indemnisées du contrat de travail : évolution en matière de protection sociale complémentaire

Les différents niveaux de couverture

Pour commencer, on peut prévoir au contrat une garantie des frais de retrait engagés par l’assuré. Les assureurs peuvent aussi accorder des garanties de dommages ayant pour objet de couvrir le produit rappelé/retiré.
Il est possible d’aller encore plus loin avec des garanties de perte d’exploitation et de perte d’image de marque consécutives.
Ces extensions ont un coût certain. Pour les industriels disposant d’une forte image de marque, un sinistre retrait/rappel d’ampleur peut aisément mettre à mal la pérennité économique de l’entreprise.
Nous vous accompagnons dans l’analyse des risques de retrait/rappel et le placement du montage assurantiel adéquat auprès de nos assureurs partenaires.

Partager sur :