Le courtier Ukrainien d’UNIBA Partners nous livre son analyse sur les programmes d’assurance internationaux, dans le contexte actuel :

Assurances d’entreprise : pourquoi les polices globales sont-elles en échec ?

Les crises sont les meilleurs tests de notre valeur. La guerre met à rude épreuve toutes les sphères de l’activité d’une entreprise. De sa chaine logistique à son processus de production ou sa prestation de service.

Les couvertures d’assurance n’y échappent pas. De nombreux clients et organismes assureurs se sont subitement rendus compte que leurs polices d’assurance globales ne fonctionnaient pas comme prévu.

Lire Aussi :  Des séances de suivi psychologique désormais prises en charge

En effet, le risque de guerre est une exclusion du marché, non négociable.

Les compagnies d’assurances ont-elles la possibilité d’identifier les pertes ? Que se passe-t-il si la foudre frappe mais que les pompiers ne soient pas en mesure d’intervenir à cause d’un incendie dans un dépôt militaire ? Que se passe-t-il si un feu de forêt menace votre exploitation agricole mais que les secours ne soient pas en mesure de se rendre sur place car c’est une zone de conflit ? Les dommages auraient-ils pu être limités si les secours étaient arrivés à temps ?

Lire Aussi :  INTERNATIONAL : « Think global, Act local »

Que deviendra votre programme international si toutes les transactions internationales sont interdites ? Les assurances « non admises » sont strictement interdites en Ukraine. Un certain nombre de grands courtiers internationaux ne peuvent pas renouveler les couvertures globales de leurs clients en local car les liens de réassurance sont rompus. Par conséquent, il est préconisé de passer par une compagnie d’assurance locale.

Vitaliy Lebedovskiy, BRITMARK
Courtier en assurance et membre du réseau UNIBA Partners en Ukraine

Partager sur :