La Prévoyance est bien souvent méconnue de la part des salariés. Elle est pour autant si indispensable. C’est pourquoi, nous vous dévoilerons dans cet article l’intérêt de mettre en place un contrat de prévoyance dans votre entreprise.

On peut légitiment se demander pourquoi le législateur a rendu obligatoire la complémentaire santé à toutes les entreprises au 1er janvier 2016. Et cela sans imposer au même moment un minimum de couverture en Prévoyance. 

Qu’en est-il des obligations ? 

Les salariés Cadres du fait de l’article 7 de la CCN des Cadres du 14 mars 1947, bénéficient obligatoirement d’un régime de Prévoyance couvrant le risque décès. Pourtant, si les conventions collectives qui imposent une couverture Prévoyance au bénéfice des salariés Non Cadres, sont nombreuses, cette garantie est cependant parfois inexistante dans certains secteurs d’activité. 

Lire Aussi :  Modification du calcul des indemnités journalières

Pour autant, avec des prestations « incapacité et invalidité », elle permet, après application d’une franchise, de maintenir un niveau de revenu pour des salariés confrontés à de longues maladies ou accidents, et avec des « prestations décès » elle permet de protéger leurs familles. 

Comment évoquer votre contrat de prévoyance auprès de vos salariés? 

Ce risque, naturellement moins évoqué que la couverture santé auprès des salariés, suscite néanmoins toujours un intérêt lorsque nous présentons les couvertures en place lors de sollicitations en CSE ou réunions de salariés. CHESNEAU peut aussi vous accompagner par différents supports (plaquette, vidéo…) pour mettre en avant l’avantage social mis en place dans l’entreprise. 

Lire Aussi :  Les Essentiels: La désignation de bénéficiaires

Pour aller plus loin… 

CHESNEAU assure également un pilotage et suivi de ces dispositifs au-delà des renouvellements. Suivant la taille de l’entreprise, une présentation des comptes de résultat permet de comprendre les prestations versées. Au même titre que les provisions associées par rapport aux cotisations perçues. (avec un recul nécessaire de 3 ans pour pouvoir apprécier le comportement d’un régime)

Cécile DE GROSSOUVRE

 

Partager sur :