L’assurance maladie a publié son rapport sur la consommation médicale du 1er semestre 2021 : une tendance sans surprise à la hausse qui devrait se répercuter sur les dépenses des complémentaires santé.

L’analyse du communiqué de presse de l’Assurance Maladie du 20 juillet dernier confirme les tendances attendues, à savoir un niveau d’activités de soins très atypiques en 2020 qui pèse fortement sur les évolutions des remboursements de soins entre 2020 et 2021.
Les remboursements de soins du régime général évoluent. De + de 14,50% par rapport aux six premiers mois de 2020 et + 13,50% sur les douze derniers mois.
Cette tendance est logique compte tenu de l’impact de la crise sanitaire en 2020 sur l’accès aux soins des assuré.

Lire Aussi :  Presse - Interview publiée dans Personnel la revue ANDRH

LES PRINCIPAUX CHIFFRES COMMUNIQUÉS PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE

Ces données mettent en évidence le rattrapage de la consommation médicale en 2021 postérieurement au premier confinement (mars-mai 2020).
Certains postes sont plus concernés que d’autres:

Ainsi, l’évolution très forte du dentaire peut également s’expliquer par d’autres causes que les périodes de confinement. Notamment par le succès de la réforme du 100% Santé sur ce poste.
La progression des soins infirmiers est causée par les prélèvements des tests PCR et antigéniques, ainsi que par des revalorisations tarifaires spécifiques.
De la même manière, la forte hausse des remboursements des analyses médicales est portée par l’activité de tests Covid. Celle-ci devrait encore s’accentuer sur le deuxième semestre 2021 compte tenu de la mise en place du Pass Sanitaire.

Lire Aussi :  100 % Santé : dernière étape avec le poste audio

UN IMPACT CERTAIN SUR LES COMPLÉMENTAIRES SANTÉ

Les dépenses des complémentaires Santé qui interviennent souvent en complément de ces prestations versées par la Sécurité Sociale vont subir également cette évolution attendue. En conséquence, il faut s’attendre à ce que les tarifs des complémentaires santé soient revus dès le 1er janvier prochain via des majorations qui seront réclamées par les organismes assureurs.

Pour autant, une analyse des dispositifs sur mesure en place au sein des entreprises reste indispensable. Elle vérifiera le bien fondé de ces futures mesures attendues.

Julien MORINAY

Partager sur :