La retraite progressive : dispositif simple, aux règles assouplies au fil des réformes. Son atout majeur ? Favoriser le maintien dans l’emploi et permettre d’opérer en douceur la transition entre vie professionnelle et retraite. Faisons le point sur cette mesure qui a le vent en poupe.

Le double avantage de la retraite progressive

  • Concourir à l’équilibre financier des régimes de retraite en différant à la fois le paiement d’une pension complète de plusieurs années et en maintenant le statut de cotisant plus longtemps.
  • Offrir aux personnes ne disposant pas d’une durée de carrière complète, la possibilité de continuer d’acquérir des droits en respectant leur équilibre personnel.
Lire Aussi :  Les cas de dispense d’un contrat frais de santé  

Principe de base

Cumuler une activité à temps partiel et une partie de sa retraite, tout en acquérant des droits supplémentaires durant toute la période de retraite progressive. Pour en bénéficier, il est nécessaire :

D’avoir atteint l’âge légal moins
2 ans

De valider minimum 150 trimestres, tous régimes de retraite de base confondus

De justifier d’un temps partiel
représentant entre
40% et
80% du temps plein

La retraite progressive apparaît comme une solution efficace dans la gestion de la pyramide des âges, du transfert des compétences et de l’absentéisme « senior ».

Lire Aussi :  Retraite : le nouvel "Article 39"

Quel que soit le contexte de votre entreprise, recourir à la retraite progressive passe par deux étapes importantes :
• Modéliser et chiffrer son impact collectif : elle est d’autant plus efficace qu’elle est appliquée à un ensemble de collaborateurs seniors.
• Fiabiliser les droits retraite des salariés éligibles pour mesurer l’efficacité d’une prolongation d’activité.

Partager sur :